Historique     Adinkerke     Boncelles     Brugge     Champion     Chaudfontaine     De Panne     Eppegem     Halen     Hoogstade     Houthulst     Keiem     Leopoldsburg     Lier     Oeren     Ougrée     Ramskapelle     Sint-Margriete-Houtem     Steenkerke     Veltem-Beisem     Wandre     Westvleteren

 

 

Adinkerke, Heldenweg

 

 

Le cimetière militaire d'Adinkerke se trouve à la fin du Heldenweg derrière l'église d’Adinkerke à moins de 500 m. de la gare SNCF de De Panne.

 

Ce cimetière militaire contient 1.651 victimes Belges de la Première Guerre Mondiale. Parmi ceux-ci, 3 soldats inconnus. Deux pierres tombales ne portent pas de plaque de données, les tombes sont probablement vides. Par suite du statut de monument les pierres tombales des tombes vidés, par explemple par suite d’un transfer des reliques envers un cimetière civil, ne peuvent pas être enlevés. Seulement la plaque tombale avec les détails du militaire peut, en effet doit, être retiré.

 

Il ya une tombe double et une pierre tombale avec des caractères hébraïques, ce qui est assez rare (Frank Emmanuel). Le long de l'allée centrale, à la fin du cimetière, il y a 5 pierres tombales privées. Leon de Maelcamp d'Opstaele y a une pierre tombale standard (sur lequel son nom est orthographié de façon légèrement différente) et tout près une pierre tombale privé. Ses restes sont probablement en dessous de la pierre tombale officielle et la famille a sans doute obtenu l’autorisation d’y ajouter une pierre ornementale. La superficie totale du cimetière est de 101 ares.

 

Ce cimetière a déjà été établi au cours de la Première Guerre Mondiale. Beaucoup de sépultures étaient des défunts de l'hôpital militaire "L' Océan" à De Panne et l' hôpital de campagne "Cabour" à Adinkerke.

La construction du Heldenweg en 1925 a donné lieu à de vives protestations. Quelques 130 “heldenhuldezerkjes” y ont été détruit par ordre du Ministre de la Défense de l’époque et brisée à fins de servir comme base pour ce “Heldenweg”.

 

 

 

 

 

 

Un phénomène particulier se produit à Adinkerke et à Oeren. Le brigadier Louis Mattheusen du deuxième régiment Artilerie, né à Gierle le 24 mars 1894, y est enterré dans la tombe 443 sous une pierre tombale standard Belge. A Oeren nous le trouvons dans la tombe 430 sous un “heldenhuldekruisje”. A Oeren son nom était écrit avec seulement un T.

 

 

 

                              

 

 

 

Fermez la page