Historique     Adinkerke     Boncelles     Brugge     Champion     Chaudfontaine     De Panne     Eppegem     Halen     Hoogstade     Houthulst     Keiem     Leopoldsburg     Lier     Oeren     Ougrée     Ramskapelle     Sint-Margriete-Houtem     Steenkerke     Veltem-Beisem     Wandre     Westvleteren

 

 

Brugge, Kerkhofblommenstraat

 

 

 

 

Le cimetière municipal de Brugge est situé sur le territoire de la banlieue d’Assebroek. A pied, une bonne marche d’à peu près 2 km. pour y arriver de la gare SNCF de Brugge.

  

Le cimetière militaire est une partie du cimetière civil.

 

Ici les militaires décédés dans les hôpitaux locaux à cause des blessures subis lors de l'offensive finale d’octobre 1918 ont été enterrés. Sur une superficie d’une demi hectare 513 militaires Belges, dont 15 soldats inconnus, réposent sous la pélouse.

 

 

 

Deux pierres tombales portent le même nom.

Le visiteur attentif aura sans doute remarqué, parce qu'ils ne sont séparés que de 20 mètres.

 

Remi Joris de Beverlo serait à la fois dans la tombe 487 comme dans la tombe 505.

 

Dans notre administration, il n’apparait qu'une fois.

 

Il est répris deux fois dans le registre du cimetière.

 

 

 

Juste à côté de la section militaire du cimetière 33 soldats sont enterrés dans la section civile.

 

La garanti d’une tombé à perpétuité s'applique uniquement aux victimes de guerre enterrés dans les cimetières militaires. Sauf enterrés dans une concession perpétuelle, les promesses militaires ne sont pas en vigueur pour les cimetières civils.

 

Hillewaert Jérôme, un soldat du 2e régiment des Grenadiers, 20 ans, est décédé le 1er Octobre 1918 à Koolskerke.

 

Sa tombe (photo) est du​ mauvais côté de la haie qui sépare la section militaire de la partie civile du cimetière.

 

On ne peut qu'espérer, mais ne pas s’y attendr,e que l'entretien des tombes des jeunes militaires tombés, célibataires et sans descendance, se fera par les générations suivantes de cousins, petits cousins, etc...  jusqu'à cent ans après la mort de la personne concernée.

Donc, grande erreur de ne pas avoir laissé leurs héros aux soins du Ministère de la Défense.

 

 

 

Fermez la page