Aalst     Aalter    Aarschot     Adegem     Alveringem     Anderlecht     Berchem (Antwerpen)

Bikschote     Boom     Borgerhout     Brussel     Dendermonde     Elsene     Gent     Gentbrugge

Grimbergen     Hasselt     Hoboken     Jette     Jurbise     Laken     Landegem     Liège Robermont

Liège Walburge     Maldegem     Mechelen     Mons     Namur     Oostduinkerke     Oostende

Oostwinkel     Orsmaal     Oudenaarde     Roeselare     Schaarbeek     Schiplaken     Sint-Jan-ter-Biezen

Sint-Niklaas     Sint-Pieters-Woluwe     Strombeek-Bever     Tienen     Tournai     Vilvoorde     Vorst

Waarschoot     Wijgmaal    Willebroek     Wilrijk     Wingene     Zandvliet     Zomergem    Zottegem

 

 

Historique des carrés militaires Belges aux cimetières municipales

 

 

Les principales villes de garnison, Antwerpen, Brussel, Gent, Brugge, Mechelen, Mons, Namur et Liège, mais aussi d'autres municipalités, Anderlecht, Elsene, Jette et Schaarbeek, avaient des hôpitaux militaires en 1914. À la fin de la guere, à la fermetures des hôpitaux de campagne, les soldats blessés et malades qu'y recevaient toujours des soins indispensables, ont été transférés vers les hôpitaux militaires.

 

Il est évident que sur les cimetières civils de ces villes et communes il se trouvent des grandes sections militaires. Par exemple, au Schoonselhof à Antwerpen plus de 750 victimes militaires et civiles de la Première Guerre Mondiale y sont enterrés. Dans ces sections, les municipalités ont prévus des carrés militaires.

Certaines villes de province et même des villages de petite taille ont conçu des carrés militaires pour leurs héros tombés au champ d’honneur.

 

 

Cliquez ici pour:

Statistique des tombes fotographiés aux parcs d'honneur des cimetières civils

 

 

 

 

 

 

 

Fermez la page