Historique     Ablain-Saint-Nazaire    Amiens     Avèze     Avon-les-Roches     Bourbourg     Bruges     Calais     Champagné     Cherbourg     Dinard     Dunkerque     Guemps     Le Havre     Le Mans     Lille     Montpellier     Paris     Rennes     Sainte-Anne-d'Auray     Saint-Aubin-lès-Elbeuf     Saint-Jean-Cap-Ferrat     Saint-Omer     Villeurbanne 

 

 

Les militaires Belges décédés à l'étranger et inhumés en France

 

 

Notre armée a combattu côté à côté avec l'armée Française contre l'invasion et l'occupation Allemande. Pendant la Première Guerre Mondiale, la frontière Franco/Belge n'était pas vraiment important aussi longtemps que l’on pouvait arrêter le monstre Allemand.

 

Bon nombre de nos soldats ont été soignés dans les hôpitaux Français après une blessure ou maladie. Selon la nature de la blessure, le temps nécessaire pour s’en remettre pouvait être assez longue ou très longue. Les malades et blessés dont on prévoyait une convalescence de longue durée fûrent transportés vers des hôpitaux loin en France. Trop souvent le victime ne recouvrait pas et le patient meurt loin de son domicile.

 

Pendant la guerre, les recrues Belges recevaient leur formation en France. Au cours de cette formation, il arrivaient parfois des accidents qui finissaient mal par la mort d’un soldat ou d’un instructeur. Il arrivait que les jeunes recrues tombaient malades et n’en recouvraient pas. Rappelez-vous aussi l'épidémie de grippe Espagnole pendant l'été de 1918 qui a fait quantité de victimes. La confluence de ces conditions est responsable du fait qu’en France plus de 3.000 de nos militaires et des victimes civiles ont succombés et y sont restes enterrés à plus de 200 cimetières différents éparpilles sur tout le territoire Français, jusque même dans les Pyrénées Orientales.

 

A Père Lachaise aussi, le cimetière célèbre de Paris, se trouvent les reliques de 103 soldats Belges, héros de la Première Guerre Mondiale. Leurs restes y sont enterrés sous un monument massif. Et à la Côte d'Azur nous comptons dans cinq villes un total de 128 tombes Belges.

 

Le cimetière de Calais-Nord est un cas particulier. A Calais-Nord, 1.045 de nos héros sont enterrés dans un parc d’honneur magnifique dont l’entretien est dans les bons mains de la Wargraves division de notre ministère de la défense, l’IV-INIG.

 

Les autres cimetières Français avec des concentrations importantes de nos héros enterrés sont à Sainte-Anne-d'Auray (Morbihan) avec 269 tombes, Effry avec 201 tombes, Pierrepont avec 139 tombes (les deux endroits il s’agit de victimes civiles, Le Havre avec 133 tombes, Dunkerque 120 tombes, Bourbourg 100 tombes, Paris Père Lachaise 103, Montpelier 94, Saint-Jean-Cap-Ferrat 89 tombes et Le Mans et Avon-les-Roches avec 76 tombes.

Ensuite, nous retombons sur Champagné sur Seine 61 tombes, Cherbourg 60 tombes et Guemps 56 tombes.

Le reste des cimetières Français avec les soldats Belges tués au combat comportent moins de 50 tombes chacun.

 

Sur 62 cimetières avec chacun moins de 4 tombes Belges, un total de seulement 91 victimes Belges sont enterrés.

 

A certains cimetières, il n'est pas facile de retrouver les tombes Belges. Surtout dans les grandes villes avec un, et parfois plusieurs, grands carrés militaires, les recherches peuvent être de longue durée, même quelques fois ne rien trouver ou trouver une partie seulement.

Au cas où nos héros de guerre sont enterrés dans la tombe standard classique Belge, même dans une grande masse, ils sont assez façile à repérer. Mais à plusieurs cimetières nos héros sont enterrés, comme les héros Français, sous la croix de France, ou sous une autre pierre, choisi par la municipalité locale.

Dans ces cas, il n y à que la présence de la cocarde Belge avec notre drapeau tricolore qui peut aider dans la recherche.

Par exemple à Montpellier nous avons constaté que certains de nos héros y ont été enterrés sous un monument avec la cocarde Française. Il y en a 7 dans ce cas. Après avoir constaté le problème en trouvant la tombe de Louis Cottin, par manque de temps, nous avons abandonnés les recheches pour les tombes de 6 autres soldats Belges.

Par conséquent, il y a parfois quelques différences avec notre inventaire et les chiffres donnés par les services de l’IV-INIG.

 

 

 

Montpellier

 

 

Le tombeau de Louis Cottin, né à Vielsalm est décoré de la cocarde Française.

La plaque d’identification contient aucune référence envers son identité Belge.

Louis était soldat dans l'armée Belge dans la section CT/2 DA - C.A.A. qui était responsable pour le transport des troupes.

 

 

 

Cherbourg

 

 

 

 

Amiens

 

 

 

Fermez la page