Le seul Belge qui est resté (vivant) aux Pays-Bas

 

 

 

 

 

Le 9 octobre 1914 Henri Luycks, avec 40.000 autres soldats s’évadait de la ville d'Antwerpen à destination Pays-Bas.

A l'arrivée, la surprise fut grande. Les soldats ont été désarmés et placés dans des camps d'internement. Henri est né à Mol le 14 février 1891. Il était soldat de la première compagnie de l'artillerie de forteresse d'Antwerpen.

 

 

 

 

Il a été placé dans un camp dans le village de Rijs. Aujourd'hui Rijs est un hameau de la municipalité de De Friese Meren de la Frise. On y compte à peine 173 habitants. Il est situé sur le côté nord du Rijsterbos à la route Oudemirdum-Hemelum.

 

Dans un document filmé par par la télévision Néerlandaise en 1998 et rediffusé récemment, l'histoire de la vie de Henri Luyckx était décrit par sa file Alie, qui avait 80 ans en 1998.

 

 

 

 

Les grands-parents d’Alie avaient un magasin dans la Gaaikemastraat à Balk, un village voisin de Rijs. Les jeunes soldats avaient vite découvert la belle dame de magasin, commis au comptoir. Sibbeltje Groenewold aidait dans la boutique de ses parents et notait les jeunes hommes Belges régulièrement, probablement plus que nécessaire, se prévoir en cirage à chaussure, des aiguilles et d'autres attributs.

 

Avec l'un d'eux, elle avait un sentiment étrange, et en 1916 finalement elle tombait désespérément amoureux d’Henri Luyckx. Probablement pas sans peu de réfractions de ses parents.

 

Avant qu’ils ne se sont mariés le 2 décembre, 1916 il leurs falait éliminer quand même quelques obstacles. Henri était catholique (rooms, comme on l'appelait en Frise) et Sibbeltje était réformé (protestant, comme ils l'appelaient à Mol). Mais l'amour a vaincu tous ces obstacles et Henri a été littéralement et au figuré réformé.

 

 

 

 

Après quatres longues années de guerre, les internés ont pu retourner à la Belgique libérée. Les plans prévoyaient que Henry irrait en premier lieu et que Sibbeltje suivrait quand Henri avait tout préparé pour sa petite famille. Mais Sibbeltje avait peur d’entreprendre l’aventure de se rendre en Belgique. Pour elle, la situation était totalement différente. En Belgique tout le monde était catholique et Henri était maintenant réformé. Pour elle, partir en Belgique fut un pas beaucoup plus important à franchir pour Henri de rester à Balk.

 

Ils sont finalement restés en Frise et sont allés vivre avec les parents de Sibbeltje, où, au fil du temps, ils ont répris le magasin et Henri devenait détaillant.

 

 

 

 

Même après la guerre la mère d'Henri n'était pas très rassurée du marriage de son fils. Elle est allée rendre visite à la famille de son fils en Frise. Elle est rentrée à la maison avec un sentiment de satisfaction, parce que sa fille était bonne musicienne, elle joue parfaitement l'orgue, et les petits-enfants, qu’il y avait déjà, chantaient des chansons simples.

Henri avait fait bien. Grand-mère se faisait plus d’ennuis.

 

Ainsi Henri Luyckx devenait le seul Belge qui est resté (vivant) aux Pays-Bas.

 

 

 

 

 

 

 

Fermez la page