Nos cimetières militaires sont-ils tabou ?

 

 

Les photos, je les appelle prises de vue, que je prenais aux différents cimetières militaires ont été prises pendent l'été et l'automne de 2012.

Vous pouvez les trouver sur la partie du site où nous décrivons les 21 cimetières militaires Belges. Ajoutez aussi la prise de vue de Calais Nord, le cimetière militaire Belge en France. Cette photo date d'avril 2013.

Dans aucune de ces images vous apercevez une personne vivante. A cette époque là, je n'ai jamais du attendre jusqu'à ce que j'étais seul dans un cimetière pour prendre une photo pareille. J’y étais toujours tout seul.

 

Des quelques contacts et conversations que j'ai eues, au nombre de trois(!), vous trouverez une description sous la rubrique des particularités, statistiques et graphiques. A Halen, je rencontrais les ouvriers de l’institut des veterans, l’IV-INIG. Ils étaient là à titre professionnel.

 

Je me suis souvent demandé pourquoi nos morts des deux Guerres Mondiales, obtiennent  si peu d'attention de notre peuple. Pourtant, ils ne méritent pas d'être oubliés, car c’est grâce à leurs efforts, faisant le sacrifice de leur vie, que nous puissions vivre dans un monde plus sûr maintenant. Une explication est sûrement que la plupart de ces soldats sont morts en pleine jeunesse. Ils n'avaient pas d'enfants, qui à leur tour fournissent des petits-enfants, etc ...

 

On ne peut qu'espérer, mais ne pas s’y attendre, que la visite aux tombes des jeunes militaires tombés, célibataires et sans descendance, se fera par les générations suivantes de cousins, neveux, arrière-cousins, etc...  jusqu'à 100 ans après la mort de la personne concernée.

 

Je suis l’arrière-cousin de Pieter-Jan Van der Straeten, tué à Pervijze en décembre 1915, enterré dans la tombe 126 au cimetière militaire d'Adinkerke. Quand j’apprennais en 2012 cette relation familiale avec Pieter-Jan je ne pouvais pas en croire mes oreilles. Mon père n'avait que 7 ans de moins que Pieter-Jan et son nom et son statut n'ont jamais été mentionné dans notre maison. En fait, aucun de mes cousins ​​et cousinnes maintenant en vie savait de l'héroïsme de Pieter-Jan.

J'ai donc pris sur moi de dénoncer cette situation, et ce site est devenus également un site qui demande de prêter attention à nos soldats tombés au combat.

 

Et l'attention y est déjà. Lorsque en début de juillet la section Néerlandaise de ce site était achevé j’avais annoncé son naissance dans un email à plus de 350 cercles historiques de la Flandre. Je reçevais par retour un message de Rosette Dillen, président du cercle historique "Norbert le Vrijter" à Lille, province d’Antwerpen.

 

"Je peux vous dire qu’en septembre, avec notre cercle historique, nous avons prévus de rendre visite au secteur Belge de La Grande Guerre et de visiter les tombes de nos concitoyens (De Panne, Adinkerke, Westvleteren, Hoogstade), et de leur rendre homage avec un bouquet fleuri et un 'The Last Post' au clairon.

Pendant nos recherches concernant notre prochain livre nous avons aussi trouvé que ces gens méritent un peu de notre temps, un peu d’attention et beaucoup de respect ."

 

J’étais très déçu, mais la date du 6 septembre, prévu pour la visite par le cercle historique ne m’allait pas du tout, j’avais déjà d’autres engagements ce jour là. J'aurais tellement aimé d'être présent au cimetière militaire d'Adinkerke pour "The Last Post".

C’est pourqui vraiment il me faisait beaucoup de plaisir de recevoir, le 18 septembre, le récit de voyage du président. En plus, j’étais heureux d’apprendre que le voyage était un succès formidable. Je vous remercie, madame la présidente.

 

C'est donc avec grand plaisir que nous faisons de la place pour son rapport sur notre site.

 

Avez-vous une expérience similaire? Faites-nous savoir. Pensez-vous à l’organisation d’une telle journée? S'il vous plaît faites-nous savoir. Toutes les réactions nous ne pouvons peut-être pas les publier, mais nous ferons de notre mieux.

 

Êtes-vous à la recherche des victimes militaires de votre ville? Probablement nous pouvons vous aider. Finalement, je dispose de plus de 20.600 photos de leurs tombes.

 

 

 

 

 

Fermez la page